agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Pesticides : jardinons nature

Au jardin, les pesticides, dont l’usage sera bientôt interdit, peuvent être avantageusement remplacés par des techniques respectueuses de l’environnement. Certifiée « Zéro phyto », la Ville montre l’exemple.

Qu’on se le dise. Les pesticides sont extrêmement dangereux à la fois pour l’environnement et la santé. C’est pourquoi leur usage est très réglementé. En particulier en Bretagne. Depuis 2008, un arrêté préfectoral interdit d’utiliser les pesticides à proximité des cours d’eau, des fossés, même à sec, des puits et des forages, ainsi que sur les avaloirs, les caniveaux et bouches d’égout.
« Hélas, certains ignorent encore ces dispositions » constate Pascal Laporte, adjoint à l’environnement. « Ils continuent à employer les désherbants, insecticides ou fongicides… n’importe où, n’importe comment. Sans mesurer l’impact sur la qualité de l’eau distribuée au robinet. »

Un entretien régulier

Pourtant, il est possible de se passer des produits chimiques au jardin. Un entretien régulier permet de contrôler la végétation indésirable tout en évitant des travaux trop lourds.
Pour les zones enherbées, il est bon de tondre ou de passer la débroussailleuse régulièrement. Le réaménagement en massif de plantes couvre-sols est une autre idée. Pour cela, la mise en place de paillage préviendra la pousse des dites « mauvaises » herbes (paille, feuilles mortes, broyat de branches, feutre biodégradable…)
Sur les surfaces dures, un balayage régulier (au balai de cantonnier) permet souvent de limiter l’implantation des mauvaises herbes. Passé une fois dans la saison, le nettoyeur haute pression élimine les mousses, lichens et jeunes plantules. Quand les mauvaises herbes sont implantées, binette, sarcloir et différents outils à main permettent de s’en débarrasser. Il est également possible d’utiliser de l’eau bouillante de cuisson, mais les quantités ne sont pas toujours suffisantes.
Sur les surfaces gravillonnées, l’entretien courant passe par le ratissage, le binage, le sarclage… Les aménagements doivent être limités en surface pour éviter un entretien trop contraignant. Pensez à l’enherbement, à certains dallages et pas japonais… Et quand on choisit de les refaire, il est préférable de mettre en place un feutre géotextile avant de poser le gravier.

La Ville certifiée « zéro phyto »

« Toutes ces techniques simples pour jardiner de façon naturelle sont éprouvées ». Les agents des espaces verts de la mairie les emploient au quotidien. Certifiée « Zéro phyto », la Ville a depuis 2011 définitivement abandonné l’usage des pesticides pour l’entretien de la voirie et des espaces publics de la commune. « L’évolution récente de la réglementation vient confirmer la justesse de ces choix municipaux. A compter du 31 décembre 2016, la loi Labbé, dispose que l’usage des pesticides sera interdit pour l’entretien des espaces verts publics. »
A terme, les particuliers seront également concernés. La loi Labbé prévoit en effet l’interdiction totale de commercialiser et de détenir des produits phytosanitaires à usage non professionnel à partir du 1er janvier 2022.
« La règlementation environnementale est souvent considérée comme une contrainte. C’est aussi un atout décisif pour la reconquête de la qualité de l’eau. Un bien précieux mais de plus en plus cher. La pollution de l’eau par les pesticides engendre des traitements de plus en plus coûteux et représente une menace pour la santé de tous. A chacun d’en prendre conscience. »

Les jardins de trottoirs : une solution originale

Les herbes folles s’installent souvent dans les interstices au niveau des jointures entre le trottoir et le mur de propriété privé. Pourquoi ne pas profiter de cet espace pour créer quelque chose de plus paysager ? Un jardin de trottoir.
La Ville de Plérin peut mettre à disposition du propriétaire une bande de domaine public d’environ 15cm de largeur et de profondeur, afin d’y aménager une bande fleurie ou un mur végétalisé. Un cahier des charges est défini et une convention signée. La commune réalise la découpe du trottoir et l’apport de terre végétale. Le propriétaire réalise les plantations dans le respect du cahier des charges et s’engage sur l’entretien. Les services communaux peuvent également apporter conseil pour le choix des essences.
Aucune intervention ne peut être engagée sur le domaine public sans autorisation communale.

Voir Jardins de trottoirs (charte et document-type)



Contact

Service environnement
Hôtel de Ville
Rue de l’Espérance
CS 30310
22193 PLERIN CEDEX

Localiser

Tél. 02 96 79 82 05
Courriel : environnement@ville-plerin.fr